11 mars 2017

Banoi, le printemps en rouleau

No name



Finalement, le Marais est séparé en deux, comme le fut le Vietnam,  entre Nord et Sud. Pour rapprocher les peuples et délier les langues, de nouvelles adresses s'installent à la frontière. Banoi, est de celle-là, en répandant la paix à coup de nems



Ce rouleau compresseur de saveurs, n'annonce pas le printemps révolutionnaire mais entend asseoir tous les régimes autour de la table. 







Autour d'une carte simple, cette micro cantine, presque cachée est un repaire de résistance aux bruits du boulevard et de la République, qui a trouvé sa place non loin. 5 nems (crevettes, Veggie, Saumon fumé, porc citronnelle, saumon teriyaki) coupés en 2 et présentés à la verticale, comme des fanions dressés, emblème de cette DZ désarmée...et désarmante. Plus 3 entrées (1 soupe, 1 riz sauté végétarien, et 1 salade de concombre aux 3 sésames) et des desserts à vous mettre au vert (marbré matcha, Pandan sponge cake, et roulé sésame crème coco, panacotta coco mangue).


La gentillesse des hôtes désarmerais d'ailleurs n'importe quel guerrier. La déco faite d'un mélange de meubles crées spécialement pour l'occasion par un ami talentueux en bois de palette polie, et d'objets chinés donne un côté naturel, sans afféterie mais soigné et chaleureux.
A l'image de la cuisine. Concoctée par la maman, réalisé par le chef et servi au son d'une musique soul des années 60, pour l'ambiance.


Le repas


Dans la formule midi, j'ai choisi un contraste chaud/froid avec la soupe tom yum au lait de coco en entrée. Que les puristes prennent une grande inspiration de paix. C'est une version personnelle (et oui, on a le droit en cuisine) décidé par la jeune patronne pour rendre hommage à la Thaïlande où elle a vécue. Et tac!
Aussi simple, fraîche et dépouillé que le reste, peu pimentée, et basée sur l'acidité. Une bonne mise ne bouche qui évite le côté feux d’artifice qu'on exige tout le temps de la cuisine asiatique. 


Pour les nems, une combinaison de végétarien porc et saumon m'a paru pertinente pour varier les plaisirs. Les 4 sauces qui les accompagnaient (nuoc miam, hoisin, cacahuète, mayo sésame) multiplient encore les possibilités, mieux qu'une combinaison de Loto.
Une vraie salade roulée avec ses vermicelles de riz agrémentés de mangue, citronnelle, champignons, haricot, avocat, oignons, etc... . Tout reste sobre et frais, en prenant sa dimension dans le mélange.

Le choix des desserts a été délicat. Tout est fait maison avec soin et le fil Instagram diffuse les recettes appétissantes: dans l'ordre de préférence, le cake matcha fondant, le roulé sesame moelleux parfumé au sésame et le chiffon cake au pandan, aussi léger que coloré.


N'oubliez de goûter au café Vietnamien, au gout de chocolat, noisette torréfiée et châtaigne. Surtout qu'il est possible de le prendre en Cà Phê, infusé au dessus de la tasse garnie de lait concentré sucré (sinon il existe une version Irish, au whisky et lait de coco!).


Malgré la simplicité, il se dégage un charme et une douceur - que l'on retrouve dans les recettes - qui rend le lieu attirant. Sans chercher à épater mais plutôt à apaiser. On aurait presque envie d'en faire son petit café secret, pour un goûter gourmand frais et original par rapport à ce qui existe.


Banoi
129, rue Amelot 75011 Paris
Tel: 01 71 93 48 75
Metro Filles du Calvaire, Oberkampf
Facebook

Fermé le dimanche et le lundi soir

Formule Midi
3 rouleau + entrée ou dessert 9.40€; + entrée ET dessert 11.40€ + 1 rouleau 2.50€ + soft 1€ + bières 2.50€

Dans la lignée street food Viet' moderne, nous avons tasté Nest à Paris

Le café infusé

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire