10 décembre 2015

Ai Hsu la cantine taïwanaise et japonaise

Plein d'amour...

A peine ouvert et déjà beaucoup de sensations dans ce micro restaurant délicat qui signe la rencontre de 2 pays, 2 femmes pour 4 fois plus de plaisir
Simple et pourtant si raffinée, la cuisine délicate et sensuelle offre le cérémoniel japonais et la fraîcheur chinoise




Ouvert il y a à peine 2 semaines, l'adresse a encore le charme et la fragilité des nouveaux nés. A moins que ce ne soit celle des 2 femmes qui l'ont créé, l'une japonaise sert et sourit, l'autre taiwanaise cuisine et s'applique, seule derrière ses casseroles posées de ci de là et face aux regards impitoyables des clients au comptoir, ce qui était mon cas.
(qui veut dire amour en chinois et en japonais) s’exécute avec concentration et un sens inné de la présentation. Serait-ce sa formation au Japon qui la guide. En tout cas, elle envoie beaucoup d'amour dans ses plats.

Complexe!



Profitant de ses relations auprès de fournisseurs, elle sélectionne des produits importés (St Jacques d'Okinawa, herbes, thés, etc) et les mêle à ce qu'elle trouve, en bio, ici notamment à l'excellente epicerie La Petite Cagette. Une cuisine "fait main" comme dans un atelier de couture, une papeterie à l'ancienne.

Le carrelage et le bois donne un cadre chaleureux, pas trop épuré. Une sorte de maladresse touchante planait dans ce lieu hors catégorie, au nom imprononçable en français, sans explication, et pourtant si simple: "aie chou". Si chou (encore une fois son nom). Une sorte d'ado tout en retenue, qui aurait trouvé sa voie, son chemin et qui s'exprimerait par la cuisine.

Restaurant, cantine, café, à vous de choisir. Comme pour le repas, en mode dégustation légère ou en mode découverte. Simplicité du menu, écrit comme un dessin d'enfant. Salades en beauté, onigiri fait minute (sésame épicé/œuf de poisson), soupe-plat, chirashi, etc... tout est ravissant.


C'est petit et cela leur va bien. Malgré tout, le repas a été...étendu. Momentanément sans doute. Le menu soupe m'a paru une bonne intro: une magnifique salade crevette composée en léger sucré salé (grenade, goji, amande, raisin, oignon, myrtille séchée, noix de pain grillée), une soupe de poulet au radis blanc et St Jacques en terre mer; un jus pressé ananas pomme bio, un thé réglisse 19€.
Cela peut paraître cher mais la plupart s'en tirait pour 10/12€. Le bouillon de la soupe était bien salé et juste gras comme il faut pour laisser le poulet fondre en douceur; l'ajout de crevette et de St Jacques lui a ajouté son grain de sel et d'iode, comme l'aime les asiatiques. Plus une bouchée-salade: crevette et pomelo sauce maison ou une autre langoustine/œuf de saumon sur endive et son joli jeu de texture.

Tout en délicatesse, elle plaira à tous les esthètes de la gastronomie. Comme une sorte de salon de thé pour connaisseurs avec 2 tables, une tablette pour 2 et un comptoir. Pas vraiment un café d'amateur de rugby. Finalement, la seule chose qui m'a dérangé c'est l'eau non filtrée pour le thé.


Un de ces rares lieux à Paris ou parler fort fait tache. Calme et volupté. Pour l'instant une adresse secrète que l'on se refile en cachette dans la cour d'école, qui marque et séduit.


Ai Hsu
16 rue Saint Sébastien 75011 Paris
Metro Saint Sébastien
Tél: 09 53 92 51 31
Facebook

Ouvert du lundi au samedi 12h à 20h30

Soupe plat 7€; salade crevette 13€
Menu Mixte: salade mixte, chirashi, jus pressé 22€, le même avec soupe de poulet en plat 19€ ou 2 onigiri 13€
Oeuf de saumon, œuf de poisson volant au wasabi!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire